Rando vers Nong Khiaw – 10 décembre

Presque plus un rond en poche pour rejoindre Nong Khiaw… Nous décidons donc logiquement d’y aller à pied sans bien savoir le nombre de kilomètres à parcourir. Départ toutefois prudent sur les coups de 7 heures du matin avec 1 baguette de pain, 1 paquet de chips, 2 bouteilles d’eau (on est prévoyant non ?) et évidemment notre sac sur le dos.

Nous savons qu’il existe une piste pour se rendre à Nong Khiaw qui part de Soup Khan, cependant celle-ci se trouve de l’autre côté de la rivière à une distance plus qu’incertaine (en fait 7 bornes). Nous négocions donc de nous faire déposer de l’autre côté de la rivière.

De là, nous longeons la rive pour rejoindre la piste.

Pour une raison qui reste à ce jour inconnue, nous décidons de stopper de longer la rivière pour suivre un petit chemin. Résultat : nous nous sommes paumés dans la jungle ^^ Après avoir lutté dans les hautes herbes pour zigzaguer entre les mines, nous croisons un maigre court d’eau que nous avons suivi pour retrouver la rive. Cependant, ce cours d’eau n’avait pas vraiment de berge… Après quelques exploits dignes d’Indiana Jones et de Tarzan, nous mettons les pieds dans l’eau pour les voir recouverts quelques secondes plus tard de sangsues :P (je dois préciser à ce point du récit que oui Cyprien est en tongs). Une heure et 10 piqûres d’insectes divers plus tard, nous retrouvons le fleuve et reprenons notre marche.

1 heure de marche plus tard, nous sommes totalement coincé et un peu réticent à nous aventurer à nouveau dans la jungle. Un bateau nous dépose alors au village suivant d’où débute le trek normalement. Celui-ci est censé prendre 2 jours pour rejoindre Nong Khiaw (en s’arrêtant pour des cours de découverte, je me dois d’être honnête, et aussi parce que les guides voulaient que nous partions avec eux donc ils exagéraient un poil). Nouvel objectif donc : arriver à Phayong avant midi.

On échange la jungle pour les écoles de campagne, c’est plus sympa :)

 

Et nous voici déjà à Phayong ! Trop facile… Décevant…

Attention, à partir de demain, je m’autorise à retoucher un poil mes photos (luminosité, recadrage). Dernière fois que vous voyez des photos sympas qui gardent seulement un potentiel de devenir folles. Qui a dit « c’est quoi le rapport avec la choucroute ? » ?

Bye bye Phayong !

Nouvel objectif Na Luang.

Na Luang. Toujours aussi facile. Dernière ligne droite. Il nous faut garder notre rythme pour espérer atteindre Nong Khiaw avant que la nuit ne tombe.

Il fallait y penser…

Un animal très très étrange o_O S’il y a des botanistes dans la salle ;)

Et voilà, il ne fait même pas nuit et nous avons rejoint une route goudronnée (mais pas Nong Khiaw). On prend même le luxe de s’arrêter pour visiter le petit temple local.

Je ne sais pas ce que je préfère : les peintures ou le tableau électrique qui se font parfaitement dans le mur ?

Finalement, nous n’avons jamais rejoint Nong Khiaw. Alors que nous marchions nos derniers kilomètres, un bus passe avec un panneau Luang Prabang. Ni une ni deux, nous l’arrêtons, négocions de ne payer qu’à l’arrivée et de partager d’ici là la demi place restante à bord. Quelques longues heures plus tard, nous arrivons à Luang Prabang ! On aura vraiment fait fort : rando superbe (les plus belles images sont dans la tête), pour pas un rond, et une expérience indianajonesque dans la jungle que nous ne sommes pas prêt d’oublier :P

Pour ceux que ça intéresse, j’ai fait un petit zoom sur Google Maps de la zone que nous avons exploré (Nong Khiaw est à l’emplacement de Hat Sao) : http://goo.gl/maps/abHI

Un commentaire ?

Votre email ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*

Combien font 14 et 14 ?
Please leave these two fields as-is: