Diên Biên Phu – 7 décembre

La plupart des voyageurs arrivent avec le car de 7h30 à Diên Biên et en repartent le lendemain matin à 6 heures pour passer la frontière laotienne. Nous avons donc choisi, pour vous (en fait non, vous y avez pas cru quand même…), d’aller à la découverte de cette ville méconnue où, nous autres Français, nous serions pris une belle rouste il y a un demi siècle.

La prochaine fois que je passe, j’essaye !

Le général Christian de Castries sortant de son bunker et signant la défaite française. Il semblerait toutefois que la débâcle française soit un peu exagérée par nos professeurs d’histoire du lycée. Mes souvenirs du lycée se résumaient en la stratégie suivante : on est aller se mettre au fond d’une cuvette en attendant que l’ennemi ne nous canarde pépère depuis les collines environnantes. Je continuerai plus bas…

On a peut-être perdu mais on a laissé les rond points !! Par contre, le motocycliste à gauche n’a pas l’air d’avoir bien compris le principe :/

Un escalier monumental permet de profiter d’une belle vue sur Diên Biên Phu.

En haut de l’escalier, une statue sympa, visible depuis toute la ville. Les soldats libérateurs qui portent la jeunesse vietnamienne ! C’est beau !

Bon par contre, le dos de la statue est moins peace and love.

Les Français avaient baptisé chacun des collines : voici Dominique 1.

Un petit tour par le marché local. Les locaux étaient super sympas :)

Un pont connu pour une raison qui m’échappe. Ce dont je me souviens, c’est que sur le moment de la photo, la raison me paraissaient déjà obscure…

Le mémorial de la ville en l’honneur des soldats français tombés.

Lancement de la nouvelle campagne de Reporters sans frontières.

Phrase historique : « Les tongs sont sur les chenilles. Je répète : les tongs sont sur les chenilles« .

Le bunker du général de Castries. Pour en revenir à la petite/grande histoire : nos Français ont résisté pendant 57 jours à l’assaut de troupes vietnamiennes 4 fois plus nombreuses, avant de capituler le 7 mai 1954.

Heu, ils sont partis où tous ???

Les secours arrivent ?

Partie de cache-cache dans les galeries creusées par les Viêt Minh

Breaking news : nous sommes définitivement les plus mauvais joueurs de billards que compte la ville… Grand moment de solitude partagée ^^

Breaking newsd : le président de la province portait les mêmes chaussures que Cyprien ! Superbes chaussures de rando achetées au Myanmar, très bon choix.

Moins réjouissant : le cimetière Viêt Minh

Une partie de foot avec les jeunes de la ville. Nous avons été beaucoup moins ridicule qu’au billard (qui a dit « difficile de faire pire » ?). Je dirais même que nous avons sauvé l’honneur de la France ! Nico, tu peux nous envoyer la médaille ;)

Sympa les décos de Noël locales, non ? :P

Un commentaire ?

Votre email ne sera jamais publié ou partagé. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*

Combien font 9 et 10 ?
Please leave these two fields as-is: